jeudi 22 septembre 2016

Music online : Classical scores library

Pour un mois d'essai, la bibliothèque propose un accès à la base de données Music on line : Classical scores library. Depuis les postes de la bibliothèque uniquement, vous pouvez tester cette base contenant plusieurs milliers de partitions.

Parmi les différents produits proposés par l'éditeur Alexander Street, cette base est la plus grande en son genre et est une ressource pour les étudiants et musiciens s'intéressant au domaine de la musique classique. Elle contient plus de 51'000 titres - 90% étant encore sous droit d'auteur - pour plus de 1,3 million de pages des plus importantes partitions en musique classique, du Moyen Age à l'époque contemporaine. On y trouve plus de 4'600 compositeurs, avec des incontournables tels Mozart ou Tchaikovsky, mais aussi des artistes actuels tels Kaija Saariaho, Peter Maxwell-Davies...

 
Certaines partitions existent bien évidemment déjà sous forme papier dans la collection de notre bibliothèque, mais pour la partie plus contemporaine par ex., la base complète notre fonds de musique imprimée.

Il y a des accès par titres, genres musicaux, instruments, auteurs, éditeurs, périodes. La recherche est simple ou avancée et le résultat peut être affiné et trié.

Dans la version test il n'est pas possible d'imprimer les partitions, mais en cas d'abonnement définitif cette fonctionnalité sera activée.

Cet essai débouchera peut-être sur un abonnement : testez et donnez-nous votre avis si vous êtes satisfaits (ou pas...) de ce nouvel outil !

Fabienne

lundi 19 septembre 2016

Les archives du Montreux Jazz Festival

"La formule avait fait ses preuves ; elle a été à nouveau appliquée avec un succès qui surpassa encore celui de l'an dernier. [...] Il y eut d'une part, une confrontation d'orchestres européens et, d'autre part, un rendez-vous de vedettes anglo-saxonnes, le temps de cinq concerts aux programmes bien remplis, et devant un public dont l'enthousiasme et l'affluence allèrent croissants". Ces propos tirés du Journal de Genève du 31 juillet 1969 évoque la 3e édition du Montreux Jazz Festival. Le journaliste, Demètre Ioakimidis ne savait pas alors l'ampleur et la renommée qu'allait prendre la manifestation.


Le dernier numéro de la Revue musicale suisse explique la performance de l'EPFL afin d'archiver le célèbre Montreux Jazz Festival. Jolie manière de souligner le 50e anniversaire du festival. On y apprend qu'il aura fallu une petite dizaine d'années pour que le projet aboutisse entre la prise de conscience d'enregistrements uniques dès les premières éditions et la réalisation du Montreux Jazz Digital Projet. L'équipe de l'EPFL dirigée par Alain Dufaux réunit également un nombre importants d'étudiants et de chercheurs. A la question de quels sont les enjeux d'un tel projet, son directeur répond :
Pour le festival, c'est bien évidemment d'assurer la conservation de son patrimoine audiovisuel, donc une bonne partie de son histoire. Pour l'EPFL, sans compter les défis que constituent l'opération de sauvegarde elle-même et la recherche de fonds qui lui est liée [...], ce matériau sert un nombre important de projets dans les domaines du traitement des données numériques, du machine learning, mais également des neurosciences, de l'architecture et du design, ceci pour la création de plateformes immersives destinées à la découverte des archives.
Le futur ArtLabBuilding de l'EPFL dédié à la culture abritera le Montreux Jazz Heritage Lab. Avis aux amateurs, pour le grand public l'accès à ces archives sera possible lors des portes ouvertes de l'EPFL, les 5 et 6 novembre prochain.


immersion audio et visuelle

Disponibilité (Revue musicale suisse)
Disponibilité (50 summers of music)
Muriel

lundi 12 septembre 2016

Un petit refrain pour la rentrée

Camille Laurens dans son essai Encore et jamais évoque les variations et les motifs répétés de nos vies, auxquels on ne peut échapper. D'un chapitre à l'autre, l'auteure aborde aussi toutes formes de répétitions artistiques qui l'attirent. Elle s'en explique ci-dessous :




Un chapitre est consacré aux refrains de chansons dont le titre Da capo traduit bien cette idée de va-et-vient temporel.

J'ai une passion pour les chansons, les refrains [...]. Le refrain fait effraction dans la continuité des jours qui passent, il joue son rôle de madeleine trempée dans le passé, convoquant sans crier gare notre mémoire involontaire [...]. Moi, en ce moment, j'ai deux refrains dans la tête. L'un est de Charles Aznavour, emmenez-moi au pays des merveilles, je le chante à personne, mais tout le temps : à force de le fredonner entre mes dents, je vais bien finir par l'envoyer trotter dans la mémoire d'un autre - un refrain c'est pédagogique. Je me passe aussi Revivre de Gérard Manset, on voudrait vivre encore la même chose, le temps n'est pas venu qu'on se repose. Il faut refaire encore ce que l'on aime. C'est une chanson triste, presque tragique, mais sa répétition est heureuse. Elle revient sur la fuite du temps, on s'y revoit saumon qui monte et qui descend, on se voit se lever, recommencer, sentir monter la sève, mais ça ne se peut pas, non ça ne se peut pas, martèle Manset, coupé net, arrêté dans l'élan, ça ne se peut. Mais si, ça se peut. Bien sûr que ça se peut. Il suffit de remettre la chanson au début. (pp. 68-71)
Afin de fredonner vous aussi quelque refrain, venez fouiner dans les rayons, et là laissez-vous aller aux émotions car comme le dit Annie Ernaux : La chanson est le sentiment heureux du temps. Et, puisque c'est la rentrée : un p'tit refrain pour la journée !


Disponibilité (Encore et jamais)
Disponibilité 
Muriel

lundi 5 septembre 2016

Singbuch.ch

Dernièrement, la bibliothèque a acquis 10 volumes de la collection Singbuch.ch.

Il s'agit de recueils de partitions pour choeur mixte, choeur de femmes ou d'hommes, choeur d'enfants et de jeunes. Elles sont souvent éditées en relation avec un événement choral suisse : la Fête suisse de chant, le Festival suisse de choeurs d'enfants et de jeunes. Elles regroupent diverses mélodies avec entre autres les chants officiels, provenant de concours de compositions de l'événement en question.

Certains recueils permettent de faire un tour de Suisse en musique, avec des chants courts, faciles à répéter. Ils contiennent des chansons nouvelles ou traditionnelles, de chaque canton, dans une des langues nationales ou en dialecte. Pour Genève, on trouve par ex. "Que le jour me dure !", (J.-J. Rousseau), arrangé pour choeur d'hommes, ou "Intercession" (B.Schulé) pour choeur mixte.


Ce projet éditorial Singbuch.ch est mené par un groupe de base composé de : Peter Appenzeller, Hans-Jörg Ganz, Michael Gohl, Jürg Gars et Meie Lutz, tous actifs dans l'éducation musicale, comme musicien, directeur ou compositeur. Selon les cas, d'autres professionnels sont invités à collaborer avec eux. Leur objectif est de créer du matériel pour la promotion du chant dans les écoles en publiant des recueils de chansons sous forme de livret.

couvrez donc cette série dans le but "d'éveiller et d'augmenter la joie de chanter" !

Disponibilité

Fabienne

lundi 29 août 2016

John Adams à la Bâtie

John Adams à Seattle, cop. Chris Bennion
Workshop no 1

John Adams sera l'invité du Festival La Bâtie 2016 :


"Schéhérazade : un nom qui allie la douceur, la force, la résistance et la beauté. Une icône de l'Orient pour guider cette 40e édition de La Bâtie [...].
Une figure tutélaire qui a inspiré John Adams, grand invité de la Bâtie 2016, pour la composition de Scheherazade.2, symphonie dramatique pour violon et orchestre [...]. Connu pour son éclectisme  et ses voltes-faces, Adams a su innover et se renouveler ; il est en ce sens l'un des rares compositeurs à travailler en rapport avec l'actualité - comme en témoigne On the transmigration of souls signée pour l'Orchestre philharmonique de New York en commémoration des attentats du 11 septembre 2001, et qui lui a valu le prix Pulitzer. Compositeur vivant le plus joué au monde, Adams est passé maître dans l'art de synthétiser les musiques savantes et populaires, écrites et orales, entre polyphonies contemplatives et grands élans dramatiques. (Extraits du programme de La Bâtie 2016)                                                 
Parmi les projets gravitant autour du compositeur, le film Amore de Luca Guadagnino, sorti sur nos écrans en 2010, dont la musique est issue de pièces symphoniques et lyriques de John Adams. Le film est projeté dans la salle Fonction Cinéma de la Maison du Grütli La projection sera précédée par une rencontre à la Bibliothèque de la Cité.

Toutes les informations sur Scheherazade.2 et sur John Adams peuvent être consultées et écoutées sur le site earbox.com consacré au compositeur.

Et, une visite à la bibliothèque peut vous faire découvrir ce compositeur grâce aux partitions que nous vous proposons !

Disponibilité (film)
Disponiblité (partitions)
Muriel





lundi 22 août 2016

Samba et musique brésilienne à l'honneur...

Le Brésil fête cette année le centenaire de la samba. C’est en effet en 1916 que fut enregistré pour la première fois une samba sous cette appellation.  Un certain Donga dépose auprès de la Biblioteca Nacional de Rio de Janeiro la version écrite d’une chanson qu’il a composée avec d’autres musiciens, « Pelo Telefone ». 


Elle est aussitôt enregistrée, commercialisée sur disque 78 tours et devient un immense succès. La samba moderne et urbaine est née. 

 
Les origines de la samba sont diverses et remontent au-delà du 19e siècle. Cette musique puise sa source dans les rythmes et danses des descendants d’esclaves africains.
Vous pouvez écouter Toquinho, actuel "Prince de la samba" ayant côtoyé les grands interprètes de la samba tel que Vinicius de Moraes, dans une émission qui lui fut consacrée sur France musique en janvier 2016.
 
Mais la musique brésilienne jouit d’une grande richesse et diversité de genres grâce à son triple héritage amérindien, européen (portugais principalement) et africain, ne se limitant pas seulement à la samba et la bossa nova.


La Musicale vous propose à cette occasion de venir découvrir son choix de partitions de musique brésilienne dans ses rayons et de vous laisser bercer par ces rythmes chantants et dansants.

Patricia

lundi 15 août 2016

La rencontre de Lubeck (1705)

Sur le chemin des vacances, passage à Lubeck ! Emotions renouvellées à l'entrée de la Marienkirche - juste pendant une répétition ! L'orgue nous saisit !

La rencontre du maître Buxtehude avec le jeune Johann Sebastian Bach, venu à pied de Arnstadt, a bien eu lieu dans cette église pendant les semaines de l'Avent de l'hiver 1705 (Les "Abendmusiken" de Lubeck, créées par le prédécesseur et beau-père de Buxtehude : Franz Tunder).

Gilles Cantagrel, musicologue, membre de la Fondation Bach de Leipzig, auteur de nombreux ouvrages sur l'orgue, sur Bach et sur Buxtehude, était l'homme capable d'imaginer La rencontre de Lubeck, et nous la restituer ! A sa lecture, cette rencontre nous permet d'imaginer facilement les rues, et les intérieurs plongés dans la nuit longue de décembre, sans pour autant freiner les répétitions, ni la composition... 


Plaque commémorative à l'intérieur de l'église

"Régulièrement, Sebastian se rend dans le cabinet de travail de Buxtehude, auprès du maître. Et celui-ci lui confie des partitions de ses propres oeuvres, il l'a incité à en prendre des copies - plus encore, il les commente pour lui. Un jour, il lui a aussi montré les trésors de sa bibliothèque musicale, tout ce qui'il a hérité de son beau-père, dont d'admirables pages de Carissimi qu'il vénère, ce qui lui a laissé son propre père, tout ce qu'il a acquis lui-même, ses copies des oeuvres de ses prédécesseurs, les musiques de Sweelinck, de Scheideman et de Weckmann, les pages de ses collègues et même de certains de ses élèves, de celles de Bruhns en particulier [...].
Très vite, il a fallu, en plus des Abendmusiken, répéter toutes les musiques pour les temps de Noël [...]. Une fois encore, Sebastian a vu le maître à l'oeuvre, comment il a choisi très exactement les morceaux à exécuter pour réaliser la plus belle des liturgies, et comment, par la grande musique figurée mêlant les voix à divers instruments, par les cantiques et par les pièces d'orgue, il ne cesse de composer une prédication qui s'étend sur toute la durée de la journée, à la messe puis aux vêpres". [pp.111-113, 133]


Abendmusik : aucune n'a été conservée, 
mais proche de la cantate BuxWV 113

Enfin, si vous souhaitez écouter l'auteur Gilles Cantagrel, il sera invité au Festival Bach de Lausanne en novembre prochain. Thème de la conférence : "Bach et la mort : motets et passions".

Extraits audio d'une émission consacrée à son livre

Disponibilité de quelques oeuvres citées

Muriel